Arthrose

APPARITION

artrosi_1Même si le vieillissement des articulations provoque leur usure progressive, l’arthrose n’est pas une évolution inéluctable, une sorte de fatalité liée à l’âge. En effet, les théories modernes sur la genèse de cette maladie accordent une grande importance à la posture, et donc au mauvais usage des articulations. Si par exemple, pour soulever un poids du sol, on a l’habitude de plier le buste et non pas les genoux, la pression exercée sur les disques intervertébraux – sortes de coussinets séparant les vertèbres – n’est pas naturelle pour les articulations, qui s’en trouveront irrémédiablement endommagées. Une fois que cet amortisseur naturel a disparu, les os frottent l’un contre l’autre et s’usent. Mais ce sont surtout les cartilages revêtant les os qui s’usent, entraînant l’apparition de l’ostéoarthrose.

Les os ne sont pas douloureux car ils ne possèdent pas de terminaisons nerveuses. En revanche, le cartilage, les ligaments et les capsules articulaires en sont pourvus. En cas d’inflammation due à l’usure, ces terminaisons nerveuses peuvent provoquer des douleurs intenses.

Une autre cause de douleur articulaire est la «contracture musculaire antalgique», terme assez complexe désignant le raidissement des muscles qui commandent le mouvement des segments osseux. Le «lumbago» en est un exemple : cette douleur soudaine et handicapante qui affecte le point de jonction entre le dos et le bassin est due à un effort brutal ou à un coup de froid soudain. S’il est certain que le lumbago frappe les colonnes ayant déjà des problèmes d’arthrose, il est essentiellement dû au raidissement et à la contracture des muscles lombaires qui, dans un réflexe de défense ancestral, tentent de bloquer la colonne lombaire pour empêcher tout mouvement.

TRAITEMENT 

artrosi_2

Il n’existe pas de traitement de l’arthrose, mais il faut éviter que la situation ne se dégrade progressivement en ayant recours à la prévention, au traitement des symptômes et à la rééducation.
La prévention part du principe que l’articulation doit toujours travailler de façon correcte : les surfaces articulaires des os doivent glisser l’une sur l’autre, assurer la lubrification des cartilages articulaires et assurer ainsi une usure physiologique et progressive. Ceci passe par une posture correcte, aussi bien au travail qu’en voiture, et par la pratique d’une activité physique modérée mais constante: en effet, si la sédentarité est nocive pour les articulations car elles se déshabituent progressivement à travailler, la pratique d’une activité sportive trop intense ou de la compétition l’est tout autant, voire plus. Enfin, en contrôlant son poids régulièrement et en évitant les graisses superflues, on aide les articulations à travailler dans des conditions optimales, ce qui limite les risques d’usure.
Durant la phase de prévention, séjourner dans une station thermale pendant une (ou plusieurs) périodes de sept jours en exploitant les caractéristiques de la boue et des bains thermaux, en particulier leurs vertus anti-inflammatoires, peut être le début d’une bonne démarche de prévention.

FANGOTHÉRAPIE ET BALNÉOTHÉRAPIE

artrosi_3Durant toutes les phases du processus de traitement de l’arthrose, on pourra avoir recours à un produit thermal bien défini et scientifiquement irréprochable, qui aura toute sa légitimité.

• Prévention: le séjour dans une station thermale pour y suivre des traitements de fango- et de balnéothérapie anti-inflammatoires est une intervention précoce qui évite le recours aux médicaments et qui comporte très peu d’effets secondaires. On évite ainsi les complications et l’aggravation des lésions articulaires. À cet égard, la boue d’Abano et de Montegrotto possède des caractéristiques anti-inflammatoires uniques.

• Arthrose avancée: à condition d’éviter les périodes de poussée inflammatoire, au cours desquelles les cures sont contre-indiquées, l’hydrokinésithérapie améliore le métabolisme du muscle et de l’os. Elle le fortifie en atténuant les douleurs liées à la contracture musculaire. Enfin, la rééducation en piscine thermale allie les bienfaits de la gymnastique aquatique à l’action anti-inflammatoire de l’eau thermale d’Abano et de Montegrotto.

MÉDICAMENTS

Les traitements médicamenteux et les nombreux schémas proposés (traitement par paliers, intermittent, constant à faible dosage) conservent toute leur validité. Rappelons néanmoins que les anti-inflammatoires ont, à divers degrés, des effets négatifs sur l’appareil gastro-entérique et sur l’appareil cardio-circulatoire. Ils ne doivent donc être pris que dans les cas particulièrement graves et sur prescription médicale. Par exemple, effectuer douze soins de fangothérapie et douze bains diminue sensiblement le recours aux médicaments et prolonge la période de bien-être entre deux poussées inflammatoires. La douleur articulaire s’en trouve ainsi considérablement réduite.

ÉCARTS DE TEMPÉRATURES

Diverses études et recherches – la dernière en date étant celle effectuée par les scientifiques du Centre de rhumatologie Strusberg de Cordoue – ont établi que la fibromyalgie se manifeste en présence de basses températures et d’une pression atmosphérique élevée, l’arthrite rhumatoïde en présence de basses températures, d’une pression et d’une humidité élevées, tandis que l’ostéoarthrose est influencée par le froid et l’humidité. On ne connaît pas encore précisément la cause de ces symptômes, mais il semble que la pression atmosphérique, qui se modifie avant tout changement de temps (elle augmente avant les périodes de beau temps et diminue avant la pluie), joue un rôle important.
On peut cependant affirmer avec certitude que le climat et les écarts saisonniers ne provoquent pas l’apparition de maladies rhumatologiques.



I video saluteI nostri stabilimenti termali