Lombalgie

MAL DE DOS

QU’EST-CE QUE LE MAL DE DOS ?

lombalgia_1Plutôt que de parler de mal de dos en général,  il faudrait utiliser l’expression « douleurs de la colonne vertébrale » pour désigner les symptômes douloureux affectant la structure portante de notre corps. Pour maintes raisons, la colonne vertébrale subit les effets des activités quotidiennes, jusqu’au jour où elle se manifeste… par la douleur.
Voyons quelles sont les caractéristiques anatomiques de la colonne vertébrale. Il s’agit d’une structure ostéoarticulaire complexe formée d’éléments osseux « de soutien », les vertèbres. Ces dernières sont rattachées entre elles par des ligaments et des muscles, et elles sont séparées par des disques fibrocartilagineux. Entre la base du cou et les fessiers, la colonne vertébrale se divise en trois parties : la colonne cervicale, la colonne dorsale et la colonne lombaire. Sa structure élastique lui permet d’effectuer certains mouvements et de se courber, mais il suffit d’une mauvaise torsion pour que la colonne, les muscles et les ligaments unissant les vertèbres souffrent.

LOMBALGIE

lombalgia_2Dans bien des cas, on peut remplacer le terme de « mal de dos » par celui de « lombalgie » sans crainte de se tromper. En effet, la douleur touche souvent la partie basse du dos, à savoir la colonne lombaire et le rachis lombo-sacré. Cette douleur est sourde, diffuse, elle irradie jusqu’aux fessiers, à la partie haute de la cuisse, au mollet et au pied. Elle peut être bilatérale ou, plus fréquemment, mono-latérale. Elle commence souvent de manière sournoise par une sorte de raidissement et une difficulté progressive à se mouvoir. On distingue plusieurs formes de douleurs : les formes aiguës (la douleur diminue spontanément au bout de trois à quatre semaines), les formes subaiguës (leur durée est inférieure à 12 semaines), et les formes chroniques (la douleur persiste plus de 12 semaines et est récurrente). Enfin, certaines douleurs du dos apparaissent de manière soudaine et dramatique. Elles sont communément appelés «lumbagos», lombalgies ou dorsalgies aiguës selon que la douleur touche la partie supérieure du thorax ou les premières vertèbres lombaires.

CAUSES

Le mal de dos a une seule origine : le style de vie. La façon dont nous dormons, nous travaillons – que nous soyons assis ou debout – ou nous accomplissons les efforts de la vie quotidienne entraîne une augmentation ou une diminution de la charge exercée sur la colonne vertébrale. Comme nous l’avons souligné, ceci peut provoquer des distorsions et des distractions musculaires qui se traduisent par un mal de dos. La posture est un autre facteur de risque.

EXAMENS SPÉCIFIQUES

Le diagnostic est essentiellement clinique ; des examens ne sont nécessaires que dans un nombre restreint de cas. Après une visite approfondie et le récit des antécédents par le patient, en l’absence d’épisodes significatifs tels qu’un traumatisme récent, un amaigrissement important, une douleur névritique associée à une baisse de sensibilité et à une diminution des mouvements ou une tumeur récente, il n’est pas nécessaire que le patient subisse de radiographie, de scanner ou d’IRM. En l’interrogeant de manière précise, on pourra apprendre si un effort excessif ou certaines activités sont à l’origine du mal de dos.

SOINS

lombalgia_3

La thérapie doit s’attaquer aussi bien aux symptômes qu’aux causes.
Durant la phase aiguë, il convient de combattre la douleur pour éviter que le patient ne s’immobilise. Les médicaments antalgiques sont de loin préférables aux anti-inflammatoires. Il faut éviter le repos prolongé au lit. Lorsque la phase aiguë est passée, on doit essayer de mieux comprendre les causes du mal de dos pour les traiter avec une autre thérapie. Durant la phase aiguë, l’acupuncture, les manipulations, les massages, l’ostéopathie et les ultra-sons sont utiles pour éviter que la douleur ne devienne chronique.

PRÉVENTION

lombalgia_4La meilleure prévention consiste à mieux respecter son dos : adopter un style de vie adéquat, alterner les positions, faire des mouvements corrects, mener une vie active et ne jamais négliger de faire une promenade d’environ une demi-heure par jour en portant des chaussures confortables. Bref, on doit utiliser son dos en trouvant le bon compromis entre mouvement et posture. Au fil des ans, il peut être également utile de suivre des cycles de fangothérapie et de balnéothérapie thermales, qui doivent être réalisés dans un environnement approprié pendant au moins douze séances.



I video saluteI nostri stabilimenti termali